et si elle revenait?

C'est qui encore cette dilettante?
Celle que vous avez imaginée derrière votre écran, que vous connaissez bien ou que vous ne voyez plus beaucoup...

Cette fille-là en a vécu des tourments, mais vaillante, elle tient la barre.
Elle aurait sans doute des choses à dire, bien des histoires à raconter. Elle s'y connaît un peu plus dans les histoires d'amour d'un soir, dans les soirées pas très sages, dans les larmes que l'on verse en pensant à la vie d'avant...

Une femme de 40 ans, bien loin de ses tricots, de sa couture, ... toujours près de ses enfants, enfin une semaine sur deux... même si le coeur bat tous les jours en pensant à eux, c'est pas pareil.

Je ne dis plus rien, je vais voir ...

sixième jour et déjà le dernier dans les Pyrénées... La montagne fleurie

Pour la plus belle des balades...
Sur les hauteurs de Barège nous avons grimpé jusqu'au point le plus haut possible.
Nous voulions mettre à profit l'enseignement des jours précédents; ne pas s'arrêter trop vite car nous avons systématiquement vu que si nous avions marché 10 min de plus, nous serions parvenus à un point toujours plus beau que celui qui nous servait de décor de pique-nique.
Bref, cette fois-ci nous avons tenu bon et nous avons eu raison ;) On était tous d'accord donc ça nous a facilité le défi...

Suivez le guide, ça monte d'abord dans la forêt de pin (une odeur délicieuse qui faisait penser aux rives de la Méditerranée) puis nous avons poursuivi la montée à l'ombre des hêtres. La vue s'est dégagée au fur et à mesure et la montée est devenue plus douce.

Je garderai un magnifique souvenir de cette journée; les parfums, les fleurs, les crickets, la vue imprenable et puis le plaisir d'y être arrivé tous ensemble...




























cinquième jour

Pas d'images... appareil oublié ...
Mais super après-midi d'acrobranches pour les enfants (et leur papa ravi!)

le quatrième jour on a touché le ciel

Quand nous étions venus à Grust il y a 4 ans, nous avions tenté d'aller voir au plus haut de notre village. La station de Luz Ardiden se situe au dessus des lacets qui serpentent au delà de Grust.
Mais il y a 4 ans, il y avait tellement de brume, qu'on n'en avait rien vu du tout... sauf de magnifiques marmottes sur le bord de la route. 
Alors nous avons revu la marmotte, presqu'au même endroit, et pour le reste, nous avons été servis; c'était sans doute une des journées les plus ensoleillée. C'est un paysage plus aride, peut-être moins charmant que d'autres mais la vue était grandiose. Nous y avons enfin vus les vautours qui jusqu'alors avaient été bien peu visibles.
On a eu du mal à trouver un lieu ombragé pour manger et il a fallut que je suis la troupe malgré mon appréhension face aux pentes un peu trop raide à mon goût.
Nous avions vu un peu avant les restes d'un mouton dans la plaine... c'est toujours un peu bizarre, d'autant plus que nous savions qu'un ours vit dans la forêt... mais où? Sacha n'était pas non plus très à son aise ...









 Arrivés au point le plus haut, nous avons croisé le GR10 qui remonte à cet endroit de Cauterets. Je me suis une fois encore souvenue de l'un de mes camp guide où nous avions fait une partie de ce GR en partant de Cauterets... Alors peut-être qu'avec plus de 20 ans d'écart je suis repassée sur mes pas ?





le troisième jour...


Il fallait faire une pause!
Plouf dans la piscine... un peu un aqualibi atroce pour nous mais peut-être le jour préféré des enfants ;)


Une journée sous un soleil radieux... pas un nuage à l'horizon. La semaine devenait de plus en plus chaude.
Rentrer plus tôt que les jours de randonnée, en profiter pour prendre le temps d'être bien dans notre maison perchée dans le village de Grust.
Et puis doucement, voir arriver les nuages de chaleur.









deuxième jour

Et donc, nous voici le jour 2. On avait promis aux enfants une journée toute cool; montée en télésiège, petite balade jusqu'au lac de Gaube et pique nique...
Mais comment dire?

Nous sommes donc arrivés à Cauterets puis nous avons longé la rivière (le torrent en fait je crois plutôt) jusqu'à une aire de parking indiquant "le pont d'Espagne". Bref, tout cela sent bon la promenade dominicale et familiale, tout ce qu'il y a de plus simple...






Nous arrivons donc au bord du lac où nous pique-niquons comme prévu. Mais ça a l'air joli de l'autre côté du lac... on va quand même aller jusque là.






Et de fait, contourner le lac, c'est aussi quitter le monde qui se trouve de l'autre côté, c'est sentir la nature d'un peu plus près... mais si on remontait jusqu'à la source de ce torrent, on voit une cascade au loin, ce serait dommage de rentrer sans avoir vu cela! D'ailleurs, sur IG, il y a christine qui m'a dit que c'était magnifique les Oulettes tout en haut...





Et on est monté.





Cette fois, pas de marmottes mais plein d'isards, enfin c'est Sacha qui les a à chaque fois repéré!

Mais bon, malgré la paysage à couper le souffle, nous avions déjà pas mal de kilomètre dans les cuisses et les mollets. La rivière nous appelait. Je me suis arrêtée avec les enfants, on a enlevé nos chaussures, nous avons mis nos pieds dans le torrent glacé, vraiment glacé!!! Ce qui n'a pas empêché mes garçons de se mettre en slip et de traverser le torrent, puis de tomber à moitié dedans... pfff parfois je fais semblant que je ne les connais pas. Mais dans le contexte de la montagne, c'était difficile donc j'ai fait semblant de dormir... C'était magnifique. Le coup de soleil sur mes cuisses (pourtant protégées avec du 50) m'en a d'ailleurs rappelé quelques jours le souvenir douloureux. Tout comme mes courbatures.



Laurent est monté jusqu'aux Oulettes. Il a ramené ces images assez magnifiques.
On s'est promis qu'on reviendrait ici pour bivouaquer dans quelques années. L'an prochain peut-être... ou l'année d'après... ou encore après? Le monde est si vaste où serons nous la prochaine fois?